open borders
Print this page

Viva Fidel par Gilles Léchot

Portraits d'hommes

«Viva Fidel,
Viva el Che,
Viva Cuba, tierra de libertad y de socialismo»

Perdu dans ses pensées, il revoit ses jeunes années, lorsqu’il avait rejoint les jeunesses communistes cubaines. Lorsqu’il était un jeune homme naïf et courageux, épris de justice et de liberté, prêt à tout pour le socialisme, pour Fidel, pour le Che et pour la patrie.
Beaucoup d’eau avait coulé sous les ponts depuis, ou plutôt que de l’eau, du soda et beaucoup de rhum. Nécessaire pour accompagner la lente et profonde désillusion qui résumait toute sa vie. L’Etat n’est pas le meilleur ami de l’homme, n’en déplaise à l’homo sovieticus. Nécessaire aussi pour développer le cynisme qui lui avait permis de survivre, ma foi pas si mal, jusqu’à devenir responsable de son quartier. Petit père des peuples en miniature, il veillait sur le barrio, distribuait prébendes et avantages divers contre menues contreparties, de toute nature. Pas terrible, mais pas si mal. Un destin cubain.

 Long live Reagan,
Long live Mc Carthy
Long live the USA, country of freedom and capitalism

Une pensée plus loin, il se remémore son jeune frère qui avait comme tant d’autres rallié les côtes américaines sur une esquif de fortune, la tête pleine de rêves de justice et de liberté, prêt à tout pour réussir au pays de Reagan, de Mc Carthy et du rêve américain.
Beaucoup d’eau avait coulé sous les ponts depuis, ou plutôt que de l’eau, du soda avec beaucoup de whisky. Nécessaire pour accompagner la lente et profonde désillusion qui résumait toute sa vie. Le marché n’est pas le meilleur ami de l’homme, n’en déplaise à l’homo americanus. Nécessaire aussi pour développer le cynisme qui lui avait permis de survivre, ma foi pas si mal, jusqu’à devenir responsable du supermarché du quartier. Rockefeller en miniature, il veillait sur son neighborhood, faisant crédit, ou non, contre menues contreparties, de toute nature. Pas terrible, mais pas si mal. Un destin américain.

L’après-midi avance, accoudé confortablement à ce petit bar. Il observe la rue, il est trop tard pour commencer quoi que ce soit. Et de toute façon il n’a rien à faire. Doucement, il replonge dans son monde intérieur quand soudain, son œil est attiré par une silhouette inconnue, à moitié dissimulée derrière une voiture et, surtout, armée d’un appareil photo. Clic.

Vive le général Guisan
Vive Guillaume Tel
Vive la Suisse, terre de liberté et de pragmatisme,

[…]. Pas terrible, mais pas si mal. Un destin suisse.

Last modified onWednesday, 26 May 2021 19:49
(0 votes)
Read 861 times
Tagged under :
Template Design © Joomla Templates | GavickPro. All rights reserved.