Une histoire de tacos par Bruno Langlois

Par une belle journée d’été, un couple, sur un banc de pierre, se pose pour une pause bien méritée. Des tacos en guise de déjeuner, et une fois restaurés, reposés et revigorés, ils reprendront leur déambulation dans cet univers à découvrir. Mais pour l’instant, que ces tacos ont l’air bon ! Enfin il y en a un qui attire toute l’attention. La concentration, l’attention, la tension. Que cela soit pour bien le prendre, ou pour qu’il soit bien pris. La posture de chacun est claire: Quand je fais, je suis dans l’action, concentré(e) sur ma tâche. Tous mes moyens sont tournés vers cet objectif. Quand je suis passif(ve), je retiens ma respiration, je me tends, je croise intérieurement les doigts pour que tout se déroule selon la façon dont je l’ai imaginé. D’une certaine manière, le temps suspend son vol pour moi, pour ma vie. Je suis en observation, en jugement. En arrêt. La vie ne pourra reprendre que lorsque l’autre aura atteint l’étape finale, selon moi, cette étape qui permet d’arrêter un jugement imaginé définitif sur l’action entreprise. Ensuite je pourrais délivrer ma sentence sous la forme d’un soupir, ou encore d’une petite phrase gratuite pour délivrer un reproche aussi déplaisant qu’inutile. Il est clair que cela va apporter au débat. Un peu comme le commentateur d’une photo par exemple. Qui, en plus, n’a pas de tacos à manger.

Last modified onWednesday, 26 May 2021 19:48
(0 votes)
Read 633 times
Tagged under :