Ce n'est pas la démocratie qui est en danger, c'est notre prospérité

Dictatorship

Un excellent article qui fait bien comprendre la menace qui pèse sur les démocraties occidentales et sur l’Europe telle que nous la connaissons. Dans quel autre pays au monde, un candidat à la présidentielle pourrait avoir contracté un contrat de prêt avec une banque russe et se présenter comme si de rien n’était ? Il est troublant que dans de si nombreux pays en Europe, que cela soit en Pologne, en Hongrie, de temps à autre en Autriche, en Italie, ou aux États-Unis, la population dans sa majorité soit prête à mettre au pouvoir des leaders qui n’ont comme programme politique que leur intérêt personnel. Il est malheureux de voir que les partis historiques, qui tant soit peu représentaient des groupes sociaux structurés qui s’affrontaient en tout bien tout honneur, chacun défendant ses valeurs, sont remplacés par des partis qui ne sont plus que des machines à élire des individus sans programme politique autre que le nombre de « like » qu’ils obtiendront sur les plateformes du « Net ».

Cette tentation existe non seulement dans les partis extrémistes, mais également dans le parti présidentiel actuel en France. Que serait cette mouvance si le président n’était plus ? Que serait le Mélenchonisme sans Mélenchon ? Que serait le Trumpisme sans Trump, l’Orbanisme sans Orban ?

Pour sauver la démocratie en face de ces mouvances personnalisées, il nous faut retrouver une certaine cohérence sociale, il nous faut réapprendre à sacrifier une part de ce que nous croyons être nos particularités pour le bien de la communauté. Il faut à nouveau nous regrouper autour d’idées partagées et débattre. Les sujets ne manquent pas. J’ose espérer que nous n’aurons pas besoin d’un quinquennat d’extrême droite pour comprendre que la liberté est à ce prix.

Je viens de relire l'excellent ouvrage de F. Fukuyama, "Political Order, Political Decay" qui raconte le développement des partis politiques et de la démocratie en Europe et aux États-Unis. Nous avons trop tendance à oublier que la démocratie moderne et les partis politiques qui supportent sa logique sont des inventions de la fin du XIXe siècle et que ces partis ont été longtemps utilisés, sont utilisés encore parfois comme des systèmes d'enrichissement personnel et de distribution de charges publiques, postes au sein de l’Etat en échange des largesses octroyées et du soutien fournit.

Alternativement, nous pouvons accepter de nous soumettre à un système d’intelligence artificielle qui s’occupera d’optimiser les processus et de gérer au mieux les conflits d’intérêt. Au vue de certaines décisions irrationnelles des électeurs, aux vues de ce qui se passe en se moment en Ukraine, on peut se poser la question de savoir si un tel système ne finira pas par s’imposer face à la folie des hommes.

Article du monde

Last modified onFriday, 15 April 2022 06:46
(0 votes)
Read 258 times
Tagged under :