Applications de rencontre, en route vers la standardisation des relations

Dictatorship

Imperceptiblement, nous acceptons que de plus en plus d'aspects de notre vie soient contrôlés par des applications informatiques qui non seulement collectionnent des informations sur nos comportements, mais aussi s'empressent de nous indiquer comment les corriger pour notre bien.

Vous avez mangé trop de sucreries, bu trop d'alcool, vous avez roulé trop vite, freiné trop brusquement, les conséquences ne vont pas se faire attendre. Déjà un programme de remise en place, de remise à l'ordre vous est proposé, à choix pour vous de le mettre en pratique, mais pour combien de temps encore.
Le contrôle social se fait de plus en plus pressant. Ce ne sont pas seulement ces sujets relativement anodins qui sont concernés. De plus en plus d'adultes consentants sont prêts à abandonner leur liberté de décision, leur liberté de choix, même en ce qui concerne leurs relations les plus intimes. Dans ce cadre aussi, une / des applications bienveillantes, sur la base de quelques questions auxquelles vous avez répondu, vous proposent une liste de candidat adéquats.
 
La "qualité" et la rapidité du processus proposé, la quantité quasi illimitée du nombre de prétendants potentiels, font que, peu à peu, il devient impossible de rencontrer l'autre d'une manière différente. Pourquoi perdre son temps dans des rendez-vous frivoles et sans lendemain, dans des essais de relation infructueux ? Et comment réagir face à cet homme, cette femme du passé qui vous aurait abordée au travail, dans la rue ou dans une boîte de nuit ? Il n’y aura plus de réponse, si ce n’est l’indifférence. Les codes de la séduction sont en train de se perdre rapidement et d'être remplacés par les processus standardisés de l’application.
On peut imaginer à terme que l'application, de prédictive devienne prescriptive et ne fournisse plus une liste de partenaires potentiels, mais un seul dont il faudra s'accommoder au risque sinon d'être mis à l'écart, d'être considéré comme asocial par le système et de ne plus avoir accès aux autres services que l'application mettra à disposition. Il faudra sinon supporter la responsabilité d'avoir, à dessein et contre l'avis de l'application, accepté une relation "non-autorisée" et ne pas s'étonner si cette relation ne fonctionne pas, si les partenaires finissent par se séparer l'un de l'autre, si, plus grave encore, les enfants qui pourraient naître de cette union n'étaient pas standards. Les conséquences financières et sociales qui en résulteraient seraient très sérieuses.
 
Un système prescriptif de ce type a bien entendu fonctionné pendant des siècles et est encore à l'œuvre dans nombre de société traditionnelles. Les parents, les représentants religieux, les lois, de manière plus générale, mettent encore en place des garde-fous ou participent à la décision.
 
Ce qui est paradoxal, vous en conviendrez, c'est qu'après quelques décennies de "liberté", ayant assisté petit à petit à la perte de pouvoir de ces instances de contrôle, nous soyons en passe de mettre en place des systèmes de conditionnement autrement plus performants et insidieux.
Il suffisait de quitter la ville, quitter la famille pour échapper au système de contrôle d'avant.
 
Cela ne sera plus le cas dans le futur. Les applications de standardisation ne laisseront en paix que les individus qui se seront exilés à l'extérieur de la société et seront prêts à en payer les conséquences.
 
Est-ce de cela dont nous voulons ?
Last modified onSunday, 08 May 2022 17:05
(0 votes)
Read 555 times
Tagged under :