Je veux tant de choses par Nathalie Schwab

Arrêt Pontsteiger, Amsterdam. Ils voulaient prendre le ferry de 13h14. Ils sont arrivés en courant, lui devant, elle 200 mètres derrière, traînant tant bien que mal son charriot à commissions qui cahotait sur les pavés. Elle est arrivée 15 secondes trop tard. La sirène a retenti, les employés de la GVB ont largué les amarres et les moteurs ont rugi. Il ne leur reste plus qu’à attendre le prochain passage, dans ce crachin serré, pénétrant et amer. D’un air dubitatif, elle regarde le bateau qui s’en va, tenant dans ses doigts aux ongles laqués de rouge une cigarette. Sa veste, légère, est détrempée. Il émane d’elle une certaine grâce ; elle semble fragile et forte à la fois. Lui, la regarde, à l’abri dans sa parka. Son regard est noir et son expression fermée. Serait-il fâché ?

STOP !

Je ferme les yeux. Dans une vingtaine de minutes, je monterai sur le prochain ferry. J’abandonnerai mon charriot, franchirai la passerelle, d’un pas sûr. Je monterai dans la cabine, me saisirai fermement de la barre et mettrai le cap sur la mer du Nord. Tout au long du canal, les passagers, tels des soucis, descendront à quai les uns après les autres. Comme un appel, je sentirai soudainement l’air du large et c’est allégée, délestée, que je franchirai les écluses d’Ijmuiden. Mon regard embrassera l’horizon, je retiendrai mon souffle l’espace d’un instant, puis je plongerai dans l’immensité. Alors que tout se mettra à tanguer autour de moi, ma vie se délitera. Doucement, le ciel se dégagera. Le roulis me bercera, l’eau salée décapera tous mes chagrins et je suivrai mon étoile. Parce que personne, jamais, ne me volera ma liberté de rêver.

« Je veux tant de choses

Ouvrir en deux le ciel

Hisser haut le drapeau

Et vous mener tous en bateau

Tracer dans le bleu

Je veux

Quelque chose de nouveau »

Christophe, La Man

Last modified onFriday, 21 May 2021 06:30
(0 votes)
Tagged under :